Skip to content

Cinq nouvelles entreprises rejoignent l'incubateur Fuse en mai

Profils liés
Ekue Herve
Hervé Ekué

Associé

Paris

Voir le profil →

22 mai 2018

​Allen & Overy dévoile les noms des entreprises du second groupe (« la seconde cohorte ») qui intègrent Fuse, son espace d’innovation technologique basé à Londres, au mois de mai. Cinq nouvelles entreprises des secteurs de la legaltech, regtech et dealtech rejoignent ainsi trois membres de la première « cohorte » : Avvoka, Legatics et Nivaura, dont la présence a été renouvelée au sein de l’incubateur.

 

 

 

​Depuis sa création en septembre 2017, Fuse a accueilli plus de 5 500 visiteurs, en provenance notamment des différents bureaux d’Allen & Overy et des clients du cabinet. Parmi l’une des réalisations majeures, Fuse compte la première émission d’une obligation libellée en crypto-monnaie et entièrement automatisée sur une infrastructure publique de blockchain, grâce au travail de l’entreprise Nivaura, dans laquelle Allen & Overy a investi. Plusieurs projets pilotes ont également été lancés depuis septembre, en interne ou avec des clients.

 

 

 

Après examen des candidatures reçues en ligne, Allen & Overy a invité un certain nombre d’entreprises à une journée de présentation devant le comité de sélection de Fuse, qui comptait parmi ses membres Alex Wong (Amazon Londres), Jordan Elsas (Amazon New York), Robert Kerrigan (Funding Circle), Hannah Seal (Index Ventures) et Oli Harris (J.P. Morgan).

 

 

 

A l’issue du processus, cinq entreprises ont été retenues :

 

 

 

Bloomsbury AI : une entreprise en phase de démarrage qui utilise la compréhension du langage naturel, les capacités cognitives et l’apprentissage automatisé (« machine learning ») pour créer des assistants virtuels capables d’apprendre à lire, à raisonner et à communiquer.

 

 

 

Kira Systems​ : propose une technologie d’apprentissage automatisée pour l’examen et l’analyse de documents.

 

 

 

Neota Logic : un fournisseur de logiciels d’automatisation, dont la plateforme de développement d’applications permet, grâce à l’intelligence artificielle, de développer et d’utiliser des outils qui automatisent l'expertise, les processus et les documents juridiques.

 

 

 

Regnosys : une entreprise fintech créée par des français, qui utilise l’open source pour proposer une « réglementation exécutable par machine », offrant ainsi au secteur financier un changement radical dans la manière d’aborder la conformité réglementaire.

 

 

 

Signal Media : une société utilisant l’intelligence artificielle pour transformer des flux d’information en données compréhensibles et exploitables par les entreprises. Cette technologie est appliquée à des millions de sources riches en contenu – allant des médias aux sites de mises à jour réglementaires – et permet aux entreprises de mieux appréhender les risques et les opportunités auxquels elles sont confrontées.

 

 

 

Jonathan Brayne, président de Fuse chez Allen & Overy, commente : « Nous nous réjouissons d’accueillir le second groupe d’entreprises sélectionnées pour Fuse. Elles se focalisent sur des solutions très différentes de celles du premier groupe – beaucoup plus orientées vers l’intelligence artificielle –, ce qui nous permet de rester en phase avec l’écosystème legaltech qui est en constante évolution. Nous sommes impatients de mettre à profit les enseignements tirés de la première cohorte pour que ce programme soit tout aussi fructueux ».

 

 

 

Hervé Ekué, Managing Partner du bureau de Paris, ajoute : « La deuxième cohorte accueillie dans l’incubateur Fuse illustre parfaitement le tournant stratégique pris par Allen & Overy sur la technologie. Fuse nous permet d’identifier des outils et services innovants pour mieux servir nos clients, mais aussi de leur proposer un espace collaboratif où ils peuvent soumettre leurs propres problématiques technologiques à ces jeunes entreprises ».

 

 

 

Trois des entreprises de la première cohorte resteront au sein de Fuse (Avvoka, Legatics et Nivaura) pour continuer à travailler avec les avocats et clients d’Allen & Overy sur leurs prochaines phases de développement.

 

 

 

L’appel à candidatures pour intégrer le second groupe du programme Fuse a attiré plus de 80 entreprises candidates : 44 % axées sur les plateformes, 25% sur les processus, 19 % étaient des entreprises regtech et 10% étaient orientées sur des « documents intelligents ». Les entreprises de gestion des documents représentaient quant à elles 3 % des dossiers présentés. En termes de stade de développement, presque deux tiers des entreprises candidates (63 %) comptaient déjà des utilisateurs, tandis que 31 % étaient au stade de prototype et 6 % en phase de conception.

 

 

 

40 % des entreprises ayant postulé ont indiqué que la principale forme d’assistance attendue de la part du programme Fuse était le développement de produit, suivi par le développement commercial ou marketing (30 %) et enfin le conseil (10 %).